L’huile de coco est-elle vraiment utile et peut-elle être un aliment alternatif pour perdre du poids ?

Ces derniers temps, l’huile de coco est particulièrement appréciée, car elle est recommandée comme adjuvant dans la lutte contre les graisses et le surpoids.

Les partisans du régime cétogène sont également partisans de l’huile de coco.

L’huile de coco doit sa renommée à certaines des graisses qui la composent, à savoir les acides gras à chaîne moyenne, de l’anglais, MCT, triglycéride à chaîne moyenne.

Parmi les MCT, on retrouve principalement l’acide caprinique (présent dans le lait) et les acides caprylique, caprique et laurique (huile de coco, palme, matière grasse du lait).

Types d’huile de noix de coco

Il existe généralement deux types d’huile de noix de coco disponibles, l’huile de noix de coco vierge et l’huile de noix de coco raffinée.

L’huile de coco vierge est obtenue soit à partir de lait de coco, soit à partir de pulpe fraîche et partiellement séchée.

Dans le premier cas, le lait de coco, généralement l’huile est obtenue par centrifugation, dans le second cas la pulpe de coco subit un processus de pressage qui permet d’extraire l’huile.

Ce procédé, avec des rendements assez faibles, qui se répercute bien entendu sur le prix, permet d’obtenir un produit de meilleure qualité.

Si vous avez l’intention de vous remettre en forme d’ici la fin du printemps, il est judicieux de commencer à injecter le testostérone cypionate.

L’huile de noix de coco raffinée est plutôt produite à partir de ce que l’on appelle communément le coprah.

Le coprah est la pulpe de noix de coco séchée, qui est pressée plusieurs fois, à chaud, par des machines, qui sont capables d’extraire toute l’huile présente, jusqu’à 60% du poids du coprah.

Le produit obtenu est de mauvaise qualité et impropre à la consommation, sauf après ultrafiltration.

Cette huile de coco est peu parfumée et est principalement destinée à l’industrie alimentaire et cosmétique.

Mais la vraie différence entre l’huile vierge et l’huile raffinée réside dans les qualités organoleptiques de la première, à commencer par les polyphénols, qui sont quasiment absents dans la seconde.

Les polyphénols sont des composés végétaux riches en propriétés antioxydantes et utiles pour le système immunitaire.

Ainsi, le point de départ est de réfléchir aux qualités de l’huile de coco vierge.

Huile de coco, acides gras à chaîne moyenne et perte de poids

Comme mentionné au début de l’article, l’huile de noix de coco a fait la une des journaux pour la présence d’acides gras à chaîne moyenne, MCT, parmi ses composants.

Ces acides gras sont, selon certaines recherches, très efficaces pour réduire la masse grasse et l’excès de graisse.

Une équipe de chercheurs japonais a publié une étude indiquant comment les acides gras à chaîne moyenne peuvent aider à réduire la masse corporelle lorsqu’ils sont ajoutés à l’alimentation au lieu d’acides gras à longue chaîne (Source : H Tsuji, M Kasai , et al. Dietary medium -les triacylglycérols à chaîne suppriment l’accumulation de graisse corporelle dans un essai contrôlé en double aveugle chez des hommes et des femmes en bonne santé).

Ces derniers, les acides gras à longue chaîne, notamment les saturés (graisses animales et végétales) sont dans l’oeil du cyclone pour leur nocivité.

Une autre recherche confirme également la propriété d’oxydation des lipides par les MCT, précisant que : « la consommation de MCT peut stimuler l’oxydation des graisses dans une moindre mesure chez les hommes plus en surpoids que chez les hommes ayant moins de poids en surpoids » (Source : MP St-Onge, PJH Jones Une augmentation plus importante de l’oxydation des graisses avec une consommation de triglycérides à chaîne moyenne par rapport aux triglycérides à chaîne longue est associée à un poids corporel initial plus faible et à une plus grande perte de tissu adipeux sous-cutané).

La raison pour laquelle les MTC possèdent ces propriétés est que biochimiquement, ils sont principalement absorbés dans le foie, où ils fournissent rapidement de l’énergie, tout en étant transformés en corps cétoniques, métabolisés et à nouveau transformés en énergie, au lieu d’être stockés sous forme de graisse.

Donc, les acides gras à chaîne moyenne, les MCT, sont vraiment intéressants.

Dans l’huile de coco, comme mentionné au début, il existe trois MCT : l’acide caprylique, l’acide caprique et le plus abondant, l’acide laurique.

Malheureusement, et c’est le côté négatif des MCT présents dans l’huile de coco, il existe de nombreuses littératures scientifiques qui, tout en évaluant la présence de MCT comme positive, mettent en garde contre ses propriétés amincissantes.

Une première étude indique que : « L’acide laurique (C12 : 0), le principal acide gras présent dans l’huile de coco, agit à la fois comme une chaîne moyenne (MCT) et une chaîne longue (LCT) d’un point de vue métabolique « (Source : Taylor C Fallace. Effets sur la santé de l’huile de noix de coco – un examen narratif des preuves actuelles).

Ce double comportement annulerait tout avantage, nous rappelant comment les LCT, acides gras à longue chaîne se transforment rapidement en graisse corporelle.

Une autre étude indique : « Même si l’huile de noix de coco a une concentration relativement élevée de MCT, les avantages cliniques des huiles MCT commerciales ne peuvent pas être généralisés à l’huile de noix de coco. Jusqu’à ce qu’il y ait des données fermes sur l’impact de l’huile de coco sur la santé, l’huile de coco doit être considérée comme une graisse saturée et sa consommation ne doit pas dépasser la recommandation quotidienne de l’USDA, moins de 10 % de l’apport calorique total (Source : Senthilkumar Sankararaman , Thomas J. Sferra Est-ce qu’on devient fou avec l’huile de coco ?).

Une autre recherche confirme ce qui précède : « La consommation d’huile de noix de coco a échoué en tant que stratégie de perte de poids et ne doit pas être considérée comme une stratégie de supplément pour augmenter la satiété et/ou la thermogenèse. Si vous souhaitez inclure l’huile de noix de coco dans votre alimentation, nous vous suggérons de la limiter et de l’inclure dans les recommandations actuelles d’apport en AGS, qui représentent jusqu’à 10 % de votre apport calorique total » (Source : Heitor O Santos, Scott Howell, et al. La consommation d’huile de coco et ses effets sur le profil cardiométabolique – Une revue de la littérature structurée).

Bref, il est possible de croire qu’en dehors de données scientifiques nouvelles et réconfortantes, se tourner vers l’huile de coco pour maigrir est une stratégie vaine au mieux, sinon, au pire, néfaste pour ses « qualités » de saturé. gras.

L’huile de coco et les maladies cardiovasculaires

Il existe des recherches qui identifient l’huile de coco comme une alliée possible de notre cœur, mais aussi l’inverse, notamment au niveau de son impact sur le taux de cholestérol.

Nous n’en mentionnons que deux, un favorable et un non.

« Par rapport aux huiles d’origine animale, l’huile de coco (en particulier l’huile de coco vierge) a montré un meilleur profil lipidique par rapport aux huiles végétales. L’huile de coco a augmenté significativement le HDL-C (le « bon » cholestérol) et le LDL-C. » (Source : Monica Teng, Ying Jiao Zhao, et al. Impact de la consommation d’huile de noix de coco sur la santé cardiovasculaire : une revue systématique et une méta-analyse).

« La consommation d’huile de noix de coco entraîne un taux de cholestérol LDL (« mauvais » cholestérol) significativement plus élevé que les huiles végétales non tropicales. Cela devrait prêter attention aux choix concernant la consommation d’huile de noix de coco. » (Source : Nithya Neelakantan, Jowy Yi Hoong Seah. L’effet de la consommation d’huile de noix de coco sur les facteurs de risque cardiovasculaire : une revue systématique et une méta-analyse d’essais cliniques).

Le conseil, qui semble relever du bon sens, est peut-être de penser à d’autres aliments ou compléments, l’un de tous les oméga-3, compte tenu des plus grandes qualités cardioprotectrices, avant de passer à l’huile de coco.

L’huile de coco en bain de bouche

Une ancienne étude ayurvédique suggérait de se rincer la bouche avec de l’huile de noix de coco pendant 20 minutes.

Une étude moderne et récente met à jour ses indications, indiquant comment l’huile de coco peut être un anti-plaque efficace, avec moins de contre-indications, par rapport aux produits chimiques-pharmaceutiques (Source : Yasemin Sezgin, Betul Memis Ozgul, et al. Efficacy of oil thérapie de traction à l’huile de noix de coco sur la croissance de la plaque supragingivale sur quatre jours : essai clinique croisé randomisé).

L’étude, en fait, dit que : « L’huile de coco semble avoir une activité d’inhibition de la plaque similaire à celle de la Chlorhexidine (un désinfectant oral bien connu NDLR). Il a également causé moins de taches dentaires que la chlorhexidine. Ces résultats suggèrent que l’huile de coco peut être une alternative au rinçage à la chlorhexidine. »

L’huile de coco et de plus beaux cheveux

Des nouvelles intéressantes pour les femmes, et les « quelques » mâles poilus.

L’huile de coco a de grands bienfaits pour les cheveux.

Lisez ce que dit cette recherche scientifique (Source : Aarti S Rele, R B Mohile Effet de l’huile minérale, de l’huile de tournesol et de l’huile de noix de coco sur la prévention des dommages capillaires).

« L’huile de noix de coco réduit considérablement la perte de protéines dans les cheveux intacts et endommagés lorsqu’elle est utilisée comme produit de prélavage et de post-lavage.

L’huile de coco, étant un triglycéride d’acide laurique (principal acide gras), a une grande affinité pour les protéines capillaires et, grâce à son faible poids moléculaire et sa chaîne linéaire droite, est capable de pénétrer à l’intérieur de la tige pilaire. ”

Conclusions

Peut-être que l’huile de coco devrait être laissée sur la « liste d’attente » pour la perte de poids et la cholestérolémie, tandis que pour les dents et les cheveux, elle peut être un remède valable, surtout naturel.

© Copyright – Tous droits réservés Pas de licence

Laisser un commentaire